UN MODÈLE A L HUMANITÉ DE DJELFA

321102_573951479284855_276344666_n.jpg

UN MODÈLE A L HUMANITÉ 

VOICI NOTRE MONDE QU ON A VOULU L'ENLAIDIR 

PEUPLES D'ACCIDENT............!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! occident !

réveillez vous 

je vous offre de tout mon coeur ce portrait que j'ai dessiné sans besoin de pinceau 

le portrait la photo ma grand-mere et grand pere un tres beau portrait

je vous conterai leur histoire la plus merveilleuse de toutes les histoires

portrait rare d'humanisme 

et grace à eux que j'ai dessiné ou plutot j'ai reussi à le decrire dans ce poeme

je vous laisse avec ...!

Un modèle à l’humanité

 

 

Les gens meurent dès leur naissance

 

 

Les braves vivent éternel en silence

 

 

Des sots qui persistent dans l’horreur

 

 

Plus vil insecte, qu’un grain de poussière !

 

 

Des prisonniers hélas  exilés, loin

 

 

De leurs pays, punis méchamment

 

 

En Algérie, le plus froid coin

 

 

Ce camp, ces impitoyables traitements

 

 

A quoi pourraient penser ces malheureux ?

 

 

Quel péché ont-ils commis à ce point ?!

 

 

Cet imbécile de chef comme heureux !

 

 

Se croyait tenir les rênes ou défier le destin

 

 

Ordonna un muslim[1] illettré de tuer

 

 

Celui qui protestait contre sa volonté

 

 

Il refusa avec sérénité, son ordre muet !

 

 

Roger Garaudy tellement impressionné !

 

 

Le chef le fait sortir devant les yeux

 

 

Et appela :  « vous voyez cet homme ?

 

 

C’est un athée, il ne croit pas en Dieu !

 

 

Lapidez-le ! allez-y, purifiez son âme.. ! »

 

 

Les pauvres gens répondaient paisiblement  :

 

 

« Ça concerne ! c’est entre lui et le bon Dieu ! »

 

 

N’a jamais de toute sa vie, merveilleusement

 

 

N’a vu de pareil un tel acte de savoir et de pieux !

 

 

Son camarade Max Aube[2] pendant qu’ils passèrent

 

 

Avec ces gardiens devant un pauvre mendiant

 

 

Défavorisé en dépit, son cœur déchirèrent !

 

 

Sans attention sortit un pain avec lui partageant

 

 

Restés inertes ces prisonniers effrayés !

 

 

 

 

La plus généreuse générosité surnaturelle

 

 

 

 

Comment, dites pourraient-ils oublier

 

 

 

 

Ce monde imaginaire sur terre indélébile !

 

 

 

 

Une ville en Algérie qui s’appelait  Djelfa[3]

 

 

 

 

En cet époque où l’humanité perdaient du terrain

 

 

 

 

Des hommes braves au portail du Sahara

 

 

 

 

Nous partageaient leur bien des esprits sereins

 

 

 

 

 

 

[1]  Ces hommes de notre région qui ont refusé de tuer Roger Garaudy .. qui ont convaincu merveilleusement, ainsi étaient éduqués les gens par les sages et soufis  genre de notre grand-père chef de zaouïa , l’histoire est très riche de portraits inoubliables, comme dît  un pauvre homme illettré de notre région en s’adressant à Allah :  « seigneur !  je sais que tu me dois bien quelque chose depuis mon jeune âge ** je suis venu jusque toi j’avoue de mes péchés ** je vais faire un accord entre moi et toi ** écris que je suis sauvé et ne me demande plus rien davantage) extraordinaire ! voici notre monde qu’on a voulu l’enlaidir et le défigurer par toutes de sortes de mensonges ! ces impérialistes et leurs alliées qui ont vendu leur dignité qui ne l’ont jamais possédée en vérité ! qui ont fait perdre le gout de la vie aux pauvres peuples .. ! et beaucoup d’autres indénombrable portraits dans ce cadre pur humain ; Un homme illettré passant devant des gens en deuil, on lui a demandé de leur faire la prière sur leur défunt -  comme ils n’ont trouvé personne -  eh bien il descend de son chameau et lève les mains en s’adressant au bon Dieu « seigneur ! cet homme est ton invité, honore-le ! , s’il était mon invité je lui aurais présenté mon seul et unique, ce chameau !!  Une autre histoire aussi extraordinaire, on a demandé à un homme de leur faire la prière « spéciale pour demander la pluie », eh bien il s’est excusé -  il était illettré - ils ont insisté comme il n’y avait pas de prédicateur ni imam, eh bien il a dirigé ses regards vers el qibla « la Mecque » et lève les mains «  seigneur ces pauvres gens m’ont choisi pour te demander de la pluie ils m’ont coincé , ne me déçoit  pas ..ne m’intimidez pas devant ces gens .. !! » extraordinaire relation avec Allah !

 

[2] le pauvre mendiant, s’est déchiré son cœur en regardant l’état des prisonniers qui passèrent devant lui en dépit de sa misère intolérable il partagea son morceau de pain avec L’écrivain espagnol  Max  Aube lors de la seconde guerre mondiale 1941/1943 un portrait extraordinaire !! Max Aube était parmi les prisonniers au camp de Aïn Esrar à Djelfa, presque 500 prisonniers ou peut-être plus, chaque jour mourût une personne ou deux ou plus !

[3]  Djelfa une ville d’Algérie à 250 km d’Alger vers le sud, elle n’est plus comme jadis, résultat de quelques facteurs que j’ai évoqué dans mon œuvre en arabe « حوار في إطار الإنسانية » « un dialogue dans le cadre de l’humanité » mais quand même quelques coutumes restent toujours, on fait sortir souvent des plats traditionnels dans les rues pour tout le monde riche ou pauvre, passagers voyageurs ou des derviches.. ou des malades mentaux  ! mais loin hélas en dépit.. !

Les commentaires sont fermés.